Non ce n’est pas de la cocaïne sur cette image, c’est du sucre, bien que…

Voici révélé le rôle de notre faux ami, qu’est le glucose. Notre corps à besoin d’énergie alimentaire, mais notre génétique est prévue à l’origine pour utiliser les lipides comme principale source d’énergie. Les lipides sont un carburant puissant très énergétique, stable mais surtout durable, un animal qui hiberne peut passer 6 mois sans se nourrir grâce à ses réserves de graisses.

Le glucose quant à lui, est prévu pour être un booster d’énergie utilisé en cas d’urgence. Le seul bon glucose est celui produit par notre corps à partir des lipides, il s’appelle glycogène. Le glycogène est fabriqué par le foie, puis stocké principalement dans les muscles et dans le cerveau. Lors d’une situation ou l’animal est en danger, qu’il doit fuir ou se battre pour sa survie, le cerveau envoie un signal aux glandes surrénales qui libèrent immédiatement une charge d’hormones de stress dans le sang, ce qui a pour effet instantané une libération du glucose endogène à partir du glycogène, et ce dans les organes qui en ont besoin pour s’extraire de la situation, soit les muscles (y compris ceux du cœur), et le cerveau afin qu’il fonctionne plus rapidement et augmente détermination et prise de décisions instinctives. Cette libération de glucose n’est utile que dans ces situations d’urgence, c’est un booster du métabolisme énergétique, les inconvénients sont qu’il est “brûlé” très vite, environ 20 à 30 minutes pour épuiser les stocks, une sécrétion massive d’insuline est produite au niveau du pancréas, pour permettre au glucose de pénétrer dans les cellules.

Lorsqu’on consomme du glucose alimentaire, c’est comme de la cocaïne pour un junkie, il apporte un shoot d’énergie au corps alors qu’il n’est pas en situation d’urgence. Conséquence à long terme, épuisement glandulaire: cortisol, adrénaline, insuline, hormones thyroïdiennes s’épuisent. Non seulement le corps s’épuise progressivement, mais il devient dépendant au glucose, il lui en faut de plus en plus et de plus en plus souvent, ce qui crée le phénomène de “fringales”.

Au fil des décennies de consommations de glucose à outrance, nos organismes, en plus de la dépendance, sont devenus fainéants et dégénérés, sans force musculaire, sans endurance et sans volonté. La génétique, ou plus précisément, l’épigénétique, a été reprogrammée pour utiliser le glucose comme source de carburant principale, au détriment des lipides qui sont stockés dans leur quasi-intégralité, ce qui engendre obésité et morbidité. Les conséquences se font sentir bien évidemment sur l’humeur, la motivation et même la joie de vivre, ce qui explique les dépressions, burn-out ou autres déséquilibres psycho-émotionnels. Enfin, nos systèmes immunitaires ne sont pas en reste, ils sont eux aussi impactés, et l’origine des maladies inflammatoires chroniques, métaboliques, auto-immunes et les tumeurs cancéreuses, s’expliquent facilement lorsque l’aberration alimentaire de la consommation du glucose alimentaire est consciente et prise en considération.

Voici une des principales explications à l’explosion du nombre et des différents types de maladies depuis environ 70 ans, ce qui correspond à la révolution industrielle d’après-guerre, période qui a connu l’industrialisation et la distribution à grande échelle du secteur alimentaire. Ces maladies dites “émergentes” auxquelles les pseudo-sciences médicales cherchent encore des causes, n’ont rien de mystérieux, ce sont des maladies de civilisation, directement liées aux dérives de nos modes de vie.

Le cercle vicieux et la dépendance de la consommation du glucose alimentaire est encore aggravé par le stress occasionné par nos conditions de vie, rythme effréné, multiplication des obligations et/ou des contraintes quotidiennes, obligation de performance professionnelle, familiale et même sociale, etc… Et en plus, pour soi-disant lutter contre la fatigue, parfois l’épuisement, on fait du sport! Mais il faut une boisson énergisante! Vous comprenez à quel point le cercle vicieux est profond!

Il est incontournable pour moi ici, d’évoquer le rôle délétère des médicaments dans cette dégénération programmée, sans entrer dans le détail, les médicaments propulsés eux aussi à grande échelle lors de cette révolution industrielle, dans la bouche des êtres humains naïfs (dont j’ai fait partie, avec circonstances aggravantes en tant que médecin) et qui sont les pires poisons sur cette planète, ceux que l’on sacralise et qui occasionnent une lente agonie vers la mort.

Alors que faire? Malheureusement la grande majorité des professionnels de santé, tous bienveillants n’en doutons point, des médecins aux nutritionnistes, en passant par les pharmaciens et les psychologues, sont pour la plupart encore endormis à l’endoctrinement des masses, écrasés sous le poids de l’ignorance et obéissant religieusement à leurs autorités et autres conseils de l’ordre. Heureusement certains se réveillent, tout n’est pas perdu!

Je vais terminer cet article sur une note positive en vous mettant sur la voie du changement, j’entends déjà certains me dirent: “Plus de sucre moi! C’est impossible, j’aime trop ça!”. Rassurez-vous, tous les sucres ne sont pas du glucose! Le fructose et le lactose par exemple ne sont pas concernés. Le saccharose du sucre blanc raffiné lui oui, c’est une question enzymatique, et encore une fois d’épigénétique.

Pour ne pas rendre les choses plus compliquées à ce stade, sachez que vous pouvez trouver toutes les informations dont vous avez besoin en faisant vos propres recherches sur le mode d’alimentation cétogène (ou diet kéto). Avec prudence tout de même car j’ai pu constater que certaines données sur des sites spécialisés sont incomplètes ou inexactes, encore pire sur les forums. Il est tout de même intéressant de voir toutes ces personnes qui témoignent de la disparition de leurs problèmes de santé après quelques mois, ça fait vraiment plaisir!

Alors sachez que la situation n’est pas irréversible heureusement tout n’est pas trop tard, ce n’est qu’une question de reprogrammation épigénétique. Il faut 40 jours pour effectuer une telle opération, mais après 7 jours, c’est déjà plus facile car le microbiote s’est déjà transformé.

Néanmoins, je vous mets en garde à propos de l’apparition possible de symptômes de détox et de l’apparition de la cétose. Pour ceux d’entre vous pour qui ces informations vibrent et résonnent fortement, n’hésitez pas à vous lancer dans ce changement d’habitudes alimentaires, et au moindre doute, je vous conseille de vous adresser à un professionnel éclairé et aguerri, ou à me contacter par mail.

Avec Respect, Intelligence et Amour

Docteur Holleville (ex-médecin)

 

TOUS DROITS RESERVES

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

qu’il ne soit pas coupé
qu’il n’y ait aucune modification de contenu
que vous fassiez référence au site : https://sesoignerseul.com/
que vous mentionniez le nom de l’auteur: Docteur Holleville